L’économie collaborative change la donne même dans les services financiers, grâce au crowdfunding !

Le numérique offre de nouvelles possibilités pour la croissance économique et pour le développement social et humain, en permettant notamment de réduire la pauvreté, l’exclusion et les inégalités au sein des sociétés et entre elles.

Le développement rapide d’internet et des nouvelles technologies n’a pas seulement bouleversé notre façon de communiquer et d’accéder à l’information, il a également bouleversé nos pratiques quotidiennes, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Ces pratiques, devenues plus collaboratives, ont permis d’augmenter l’usage des services, des objets, de l’information et des biens par le partage, le troc ou la location.

Les plateformes collaboratives, socles de cette nouvelle économie du partage, ont investi plusieurs domaines de notre quotidien : Logement, bureaux, voitures, taxis, objets du quotidien, le travail, la nourriture, etc. Elles offrent de nouvelles expériences et interactions sociales et ouvrent de nouvelles perspectives économiques. Le potentiel du marché de cette nouvelle économie est évalué à 335 Milliards de $ à horizon de 2025[1].

Le succès de l’économie collaborative tient à 3 facteurs :

  1. Les crises successives de ces dernières années ont poussé les consommateurs à rechercher de nouvelles formes de consommation alternatives moins couteuses ;
  2. La démocratisation des nouvelles technologies et de l’accès à internet a permis une propagation rapide et à l’échelle mondiale de ces pratiques collaboratives ;
  3. Les considérations écologiques sont au cœur des préoccupations des citoyens qui préfèrent consommer moins et mieux afin de réduire leurs empreintes sur l’environnement.

Malgré un succès fulgurant dans plusieurs domaines, rien ne présageait, de prime abord, que ces pratiques collaboratives allaient bouleverser le secteur financier, un domaine réservé aux grandes institutions financières qui bénéficient de monopoles et de barrières règlementaires empêchant les nouveaux acteurs de s’y aventurer.

Et pourtant, dès 2006 quelques plateformes collaboratives, dites de crowdfunding, n’ont pas hésité à proposer de nouvelles manières de pratiquer la finance. Elles ont transformé la  manière  de  financer  les  projets  en  créant  un  lien direct  et  transparent  entre  les  porteurs  de  projets  et  les citoyens qui  les  financent.

Le crowdfunding, ou « Financement Participatif » en français, est un mode de financement collaboratif qui permet aux porteurs de projets de trouver des financements auprès d’épargnants, le plus souvent des particuliers, via des plateformes sur Internet. Il prend appui sur la diffusion des informations et le parrainage par les réseaux sociaux. En  plus  du financement, le crowdfunding se révèle être un outil puissant de communication et de mobilisation pour les porteurs de projets.

Le crowdfunding s’est d’abord développé sous la forme de dons et concernaient essentiellement les projets sociaux et culturels. Il s’est développé progressivement sous la forme de prêts et d’investissement vers les projets entrepreneuriaux. La diversité de ces modes de financement fait du crowdfunding un outil de financement adapté à tous types de projets.

En plus des facteurs de croissance de l’économie collaborative, la croissance du crowdfunding a également bénéficié d’un contexte de défiance généralisée envers la finance, sa complexité et son opacité et d’un accès au financement traditionnel plus difficile depuis la crise.

Devenu une source de financement incontournable dans les pays où il se développe, le crowdfunding a permis d’apporter des financements alternatifs aux projets en phase d’amorçage, notamment les plus innovants et donc les plus risqués, qui n’avaient pas accès aux financements traditionnels. L’equity crowdfunding, ou crowdfunding par l’investissement, devrait d’ailleurs atteindre 36 Md$ d’ici 5 ans, surpassant ainsi les montants du capital risque au niveau mondial. De l’autre côté, Goldman Sachs estime que les banques vont perdre 20% des parts des prêts accordées aux Etats-Unis d’ici 5 ans au profit des plateformes de crowdfunding de prêt.

Les plateformes de crowdfunding les plus connues et qui sont devenues des leaders mondiaux sont :

  • Kickstarter, lancée en 2009, a permis de financer 105 000 projets avec 2,3 Milliards de $ des dons et plus de 10 millions de contributeurs ;
  • LendingClub, lancée en 2007, a permis d’accorder 18,7 Milliards de $ de prêts à 1,5 million de projets ;
  • Crowdcube, lancée en 2011, a permis à plus de 235000 investisseurs d’investir 162 millions de £ dans le capital de 400 startups innovantes.

Les fonds collectés au niveau mondial doublent chaque année et pourraient atteindre les 1000 milliards de $ d’ici 2020[1].  Son potentiel pour les pays en développement pourrait atteindre le 93 Milliards de $[2] par an à horizon de 2025. Cependant, cette dynamique demeure variable selon les pays et reste faible dans les pays en développement.

Le crowdfunding constitue une opportunité majeure, à la fois pour le développement économique, social et culturel, et pour la sensibilisation des citoyens à la prise de responsabilité dans l’affectation directe de leur épargne vers les projets qui véhiculent leurs valeurs et leurs visions économique et sociale du monde.

[1] Source Forbes

[2] Source Banque mondiale

[1] Source Mc Kinsey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :